« PS, MoDem : l'urgence de la “recomposition“ | Accueil | Coup de blues des ménages »

29 novembre 2007

Commentaires

jcm

"...affamés du nécessaire ou gourmands du superflu, en demande de survie ou de statut social, tous sont tenus en état de frustration..."

Toutes les "frustrations" ne se valent pas, et la demande de survie est une situation de péril gravissime, représentant potentiellement le terme de la vie, tandis que la frustration de devoir attendre pour acheter son joujou ou de ne pouvoir se le payer n'a aucun enjeu vital.

L'utilisation de "frustration" dans le cas de la survie me paraît proche de l'outrance, José, bien que ce n'en soit pas une à proprement parler selon le dictionnaire (Frustrer qqn de qqc. Le priver d'un bien qui lui est dû ou le priver d'une satisfaction à laquelle il peut légitimement prétendre.).

Cela si l'on conçoit qu'il est dû à chaque être humain ce qui sera indispensable à sa survie, ce qui se discuterait peut-être...

José

@jean-claude : il ne s'agissait pas ici de dire que tout se vaut (le besoin de manger et le désir d'avoir un joli téléphone ou une console de jeux), mais plutôt de pointer deux choses, sans doute mal exprimées ou en trop peu de mots :

- l'individualisation du désir de consommer est un simulacre. Le marketing finit par métamorphoser des individus “désirant“ la même chose, au même moment, en une masse, un troupeau indifférencié, finalement peu différent, dans son apparence, sa conduite et sa motivation, de ceux que la “vraie“ nécessité conduit à se rassembler devant une soupe populaire.

- au bout de la logique libérale ou consumériste, dont le discours exalte l'individu et le “consommateur-roi“, il y a une masse indifférenciée et maltraitée (elle fait la queue comme les affamés) d'unités consommatrices, formatées de la même manière par le marketing.

luluberlu

Joyeux Noêl ! (¤]¤)

Francis

Puisqu'il est question des "restos du coeur", j'aimerais poser une chtite question : pourquoi ne fonctionnent-ils qu'en hiver ? Les pauvres n'ont-ils pas faim en été ?

Et puis une autre question : pourquoi les "restos du coeur" ne deviendraient-ils pas des cantines populaires prises en charge, toute l'année, par la municipalité ? Ce que l'on sait faire ici, à Vitória, on devrait savoir le faire en France, dont je crois savoir qu'elle est plus riche que le Brésil, non ?

José

A l'origine, les restos étaient un coup de projecteur, limité dans le temps, destiné à éveiller les consciences et les collectivités. Il se trouve que l'hiver est la saison de plus grande urgence.

Il se trouve aussi, qu'au bout de 20 ans, le “coup de projecteur“ a la vie dure et mériterait d'exister toute l'année.

Pour le reste, Francis, les collectivités contribuent, en argent et en “industrie“.

Mais, notamment en termes de personnel, et sans cynisme aucun, il est assez “pratique“ de pouvoir compter sur des armées de bénévoles, encadrés par une association.

bertrand

La france est elle plus riche que le Brésil ?
C'est une vrai question.

Je ne connais pas le Brésil, mais j'ai le souvenir d'un voyage à la Réunion, département français avec l'un des plus fort taux de chomage, ou la solidarité (familliale mais pas seulement) pallie très fortement aux milles problèmes de la vie quotidienne.
N'idéalisons rien, il y existe des situations dramatiques. Néanmoins, j'ai eu l'impression (en deux séjours cumulant environ 3 mois de présence totale) que leur société résistait mieux que la notre aux (mauvais) coups du libéralisme.

La question mérite donc selon moi l'analyse.
L'individualisme forcené qu'on nous vend depuis deux décennies (sous les termes de réussite invdividuelle...) est aussi un outil de l'asservissement des populations aux intérets d'une infime minorité. Toutes les formes de solidarité, de prise de conscience d'intérets communs sont des résistances à cet asservissement.

D'ailleurs, dans asservissement, on retrouve la servitude, soit le statut du serf. Celui qui attaché à la terre sans être esclave (il devait subvenir par lui même à ses besoins), était quasi possession du seigneur.
Or aujourd'hui, nous pouvons constater l'interdiction de circuler des hommes (contrastant avec la liberté totale de circulation des capitaux). Donc tel les serfs, nous sommes attachés à notre terre (la france, l'europe, un HLM à une lieue au ban de la société comme à Villier le Bel), sous la coupe des riches capitalistes qui eux sont libres d'aller exploiter la misère ou bon leur semble.

Pour conclure, je pense que parler de richesse d'une nation, nécessite de préciser riche de quoi, et comment cette richesse est répartie. Ce qui différencie(différenciait ?) les pays riches des pays pauvres releve plus souvent de la répartition de la richesse que de sa valeur absolue.

Francis

Bertrand, le Brésil est l'un des 10 pays les plus inégalitaires au monde. Quant à la solidarité, elle y est avant tout familiale et rarement organisée.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Carnets de nuit

  • Carnets de nuit, qu'est-ce c'est ? C'est le blog politique d'une voix libre, souvent moqueuse, parfois sérieuse, d’un amoureux et d'un citoyen du monde.

    Au fil des nuits, des jours, des humeurs et des urgences, vous y trouverez des coups de gueule sans pitié et des coups de chapeau sans frontières.

    Vous y trouverez également des informations peu répandues ou non mises en perspective sur les médias traditionnels, des éléments d’analyse politique, sous-tendus par une conviction simple : ce monde est trop beau pour qu’on accepte, sans sourciller, qu’il se fasse tant de mal.

    Vous y trouverez enfin, au-delà de la critique, des propositions citoyennes, soucieuses du long terme, pour changer le monde. S’il veut. Ou, plutôt, si VOUS le voulez.

.


  • Powered by  MyPagerank.Net

  • Wikio - Top des blogs - Politique

FREEMEN

C'est là que je suis


  • Vignette_blog_montagenet

    Sur le blog de Montagenet,

    retrouvez la vie, au jour le jour, du domaine et plus de 500 photos des maisons à louer, des aménagements conçus pour votre confort, des paysages, de la flore et des amis de Montagenet.


  • Logo_site_montagenet_1

    Sur le site de Montagenet,

    découvrez un superbe hameau périgourdin, au cœur de 76 ha de nature.

    Cinq maisons d'hôtes, entièrement réhabilitées et classées 4 étoiles, vous y accueillent, toute l'année, pour des vacances de détente, des séjours de remise en forme et des séminaires.

Carnets de nuit (un Best of)

Blog powered by Typepad
Membre depuis 03/2005

++


  • Share on Facebook

  • blogCloud

  • meilleur site politique

--


  • Sticmarianneblog

ALERTE

Cours des “grands“