« Tu veux pas ? (arguments en faveur du NON) | Accueil | Exercice d'admiration (29) »

27 mai 2005

Commentaires

MrFab

Par rapport à la paix et à la guerre, je pense surtout que notre génération (j'ai 27 ans) n'a plus la mémoire d'une guerre. Les poilus mangent les pissenlits par la racine et, dans ma famille par ex, plus personne pour m'expliquer ce qu'on vit au front. On doit être l'une des premières générations en France depuis un bon siècle (au moins...) à ne plus avoir autour de nous cette "mémoire" de la guerre.

Jo

Eh bien, cette absence de mémoire-là, que je nous souhaite longue, on la doit à des hommes comme Jean Monnet et Robert Schuman, qui se sont battu pour construire l'Europe, à Conrad Adenauer et de Gaulle, qui ont construit l'amitié et de la coopération franco-allemande, à VGE et Helmut Schmitt, puis à Mitterrand et Kohl qui l'ont renforcée, et bien d'autres avec et après eux.

Ce qui est regrettable n'est pas tant qu'on n'aie pas transmis les détails crapoteux de la vie au front, mais que ses promoteurs actuels -technocrates plus que grands politiques- ne sachent pas revivifier, entretenir et transmettre aujourd'hui, l'ambition, l'ampleur, la beauté du projet européen.

Robert

Bon tout ça est bien gentil, mais franchement j’ai un peu l’impression que ce serait un autre texte, à partir du moment où ce texte est le fruit des trois compromis que tu énonces, alors tu approuverais ce texte !
Sur quels critères établir le « meilleur »“ ou le « pire » d’un autre texte ? Je ne vois pas bien ce qui te permet d’affirmer qu’il sera pire (ou meilleur d’ailleurs). Sur la base d’une meilleure adaptation de l’outil productif européen ? Sur le fait que cet équilibre peut exister alors il en est équilibre stable (pour faire une comparaison avec la dynamique) ?
Je crois plutôt que les aspirations des gens, leurs attentes, mêmes si elles ne sont pas formulées de manière claire et consciente, leurs désirs, ne sont pas satisfaits. Que leurs frustrations, que le vide de projet qui leur proposé par le politique, conduit au refus de ce texte proposé, parce qu’il ne répond en rien aux problèmes individuels et collectifs des gens, alors que dans le même temps ils sont tris tour à tour pour des cons, pour des consommateurs (j’te vends le TCE comme de la lessive), pour des gamins à qui on essaye de faire peur et qu’on fait culpabiliser… Peut être que dans un autre espace et dans un autre temps ce texte aurait été approuvé, mais ce n’est pas le problème. La question est que ce texte ne s’inscrit pas dans le sens de l’histoire (pour revenir à des notions marxistes que tu effleurais dans un post précédent) : la gouvernance (si il s’agit bien de ça, mais j’en parlerai après) proposée dans ce texte ne répond en rien aux rapports socio-économiques ressentis par une majorité de la population. Franchement, si le prochain texte prend 10 ans, dans le sens de l’histoire qu’est-ce que c’est ? Il vaut mieux faire un truc à chier maintenant pour faire un truc si je comprends bien ton propos (puisque tu dis que le texte n’est pas génial)… moi cette démarche me fais juste penser à un jeu stratégique entre entreprises concurrentes qui joue des effets d’annonce, des sorties de produits non nécessairement au point, juste pour acquérir un avantage concurrentiel déterminant. Tu trouveras plein d’exemple dans le secteur pharmaceutique et la course au médicament et au brevet. C’est également un des fondements de la stratégie concurrentielle de Microsoft. Franchement, est ce qu’un projet de constitution doit s’inscrire dans cette démarche de course technologique et de course stratégique ? Quels sont alors tes concurrents ? La Chine, l’Inde, Les Etats-Unis ? Cette vision là me choque au plus au point, parce que 1/ elle n’offre pas de base à un épanouissement de chacun ; 2/ les formes de guerre et de haine (que soit disant le TCE supprime ! sic !) sont transposées sur d’autres points focaux, matérialisés par des marques, des noms d’entreprises, des équipes de foot… (je te laisse te trouver tes propres exemples). Dans ce sens, des tenants du « oui » font culpabiliser l’électeur sur cette thématique : il faut voter « oui » pour faire la nique aux Etats-Unis ou à la Chine. Dans un de tes posts tu suis la même démarche, de haine de l’autre, mais sur des critères économiques. C’est ces mêmes arguments qui conduisaient Chirac à refuser l’entrée de l’Espagne et du Portugal dans l’Europe il y a quelques années, et qui aujourd’hui sont transposés à la Chine et aux Etats-Unis d’un côté, et en faveur du TCE en même temps ! Quelle belle schizophrénie !
Alors les « oui » réveillent les morts (des vrais et des vrais !) : ce qu’aurait voté De Gaulle au lendemain de je ne sais quoi, ce qu’aurait voté Jaurès, ce qu’aurait voté Jospin…
Bien sûr que dans mon approche du sens de l’histoire, tu me rétorqueras que les classes sociales ne sont pas homogènes et que leurs revendications (attentes) ne le sont pas non plus. Pourtant je crois que la séparation entre d’un côté la structure du pouvoir politique et économique et de l’autre, les relations socio-économiques est robuste à l’hétérogénéité des classes, parce que les regroupements s’opèrent sur des quêtes de sens et des attentes minimales.

Maintenant peut être penses tu que nous sommes à 10 ans près, ce qui serait 1/ un paradoxe dans ton schéma d’analyse, 2/ non justifié ou justifié par autre chose que le TCE. Moi je pense effectivement qu’il y a urgence, mais urgence de penser autrement, de construire des représentations du monde alternatives à la théorie néoclassique du libre fonctionnement des marchés qui conduirait à « la paix » (sur laquelle tu reviens dans cesse), le partage des richesses, la lutte contre la pollution et la protection de la planète ? Je ne comprends pas comment tu peux résoudre cette incohérence ? Franchement, la paix doit se construire dans le cadre d’une gouvernance mondiale et non régionale, en passant par la fin de la fabrication des armes et des armées, en passant par un meilleur partage des rentes, et pas par l’adoption de ton texte si « imparfait » ! Mais putaing’ exporter ces conflits, en quoi ce serait mieux que de les consommer sur place ? Parce que l’Afrique on s’en tape ? (au passage, super ce passage sur « de tout temps les européens » !!!! Non c’est super émouvant. T’aurais pu ajouté que l’Europe s’est construite sur les cendres des camps de concentration et franchement je crois que je me mettais à pleurer. Non sans déconner ? Demain on repart comme en 40, c’est ça ? Mais normalement, c’est la phrase d’introduction « de tous temps blablabla »).

Enfin l’avancée sociale de l’Europe faudra m’expliquer en quoi le démantèlement de services publics en Services Economiques d’Intérêts Généraux est un progrès et est social ! A moins que ce soit juste pour caser le mot social quelque part pour faire genre et donner une impression de bondieuserie.

Je crois surtout qu’il est temps de rompre avec la société du travail que la politique actuelle a hérité soit de la religion catholique, soit de la pensée hégélienne. Et c’est dans ce sens qu’il faut penser un projet d’épanouissement de l’homme.

Jo

Salut Robert,
Loin de moi d'exciter à la haine contre qui que ce soit, et encore moins contre les chinois. T'as lu ça où dans mes post ? Pourrais-tu te concentrer quand tu lis, c'est mieux pour comprendre le monsieur.

Mais bon dieu, sur quelle planête sommes-nous ? Tu vis chez Disney ? Chez “j'veux pas l'savoir, ça rentre pas dans mes cases“ ? Chez “monidéal.com“ ?

Pour ma part, j'ai une méthode. Y compris dans ce blog. Je vis dans le monde tel qu'il est. J'essaie de le comprendre, ce qui n'est pas si simple. De faire avec, et de l'amender, si possible, là où c'est possible. Au quotidien. Obstinément.

Et, par ailleurs, ou en même temps, je passe du temps à réfléchir à l'avenir. En écoutant, en cherchant des possibles ou des “encore“ impossibles. Des utopies. Concrètes, si possible.

Vivre au présent et préparer l'avenir. Pas refuser le présent parce qu'il n'entre pas dans des schémas idéaux, scolaires, irréels et confus. Changer le monde, ce n'est pas l'ignorer, c'est le prendre tel qu'il est. Et le tordre ensuite. C'est du travail, c'est laborieux...

Je te conseille cette méthode, parce que sinon, tu seras déjà mort que tu n'auras pas commencé de vivre.

Jo

François,

Merci de ton commentaire sur le oui.

Le dialogue, connais pas. On choisit le terrain, on affirme sans preuve, on ne répond surtout pas aux points qui pourraient faire débat, on discrédite son interlocuteur sans désemparer, on se drape bien sûr dans les oripeaux de l'honnête homme ou de la victime.

Les grosses ficelles de toutes les vulgates totalitaires, je les connais par cœur et peut-être les ai-je pratiquées bien avant toi. Je n'en suis pas fier aujourd'hui. Et toi ?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Carnets de nuit

  • Carnets de nuit, qu'est-ce c'est ? C'est le blog politique d'une voix libre, souvent moqueuse, parfois sérieuse, d’un amoureux et d'un citoyen du monde.

    Au fil des nuits, des jours, des humeurs et des urgences, vous y trouverez des coups de gueule sans pitié et des coups de chapeau sans frontières.

    Vous y trouverez également des informations peu répandues ou non mises en perspective sur les médias traditionnels, des éléments d’analyse politique, sous-tendus par une conviction simple : ce monde est trop beau pour qu’on accepte, sans sourciller, qu’il se fasse tant de mal.

    Vous y trouverez enfin, au-delà de la critique, des propositions citoyennes, soucieuses du long terme, pour changer le monde. S’il veut. Ou, plutôt, si VOUS le voulez.

.


  • Powered by  MyPagerank.Net

  • Wikio - Top des blogs - Politique

FREEMEN

C'est là que je suis


  • Vignette_blog_montagenet

    Sur le blog de Montagenet,

    retrouvez la vie, au jour le jour, du domaine et plus de 500 photos des maisons à louer, des aménagements conçus pour votre confort, des paysages, de la flore et des amis de Montagenet.


  • Logo_site_montagenet_1

    Sur le site de Montagenet,

    découvrez un superbe hameau périgourdin, au cœur de 76 ha de nature.

    Cinq maisons d'hôtes, entièrement réhabilitées et classées 4 étoiles, vous y accueillent, toute l'année, pour des vacances de détente, des séjours de remise en forme et des séminaires.

Carnets de nuit (un Best of)

Blog powered by Typepad
Membre depuis 03/2005

++


  • Share on Facebook

  • blogCloud

  • meilleur site politique

--


  • Sticmarianneblog

ALERTE

Cours des “grands“