« Le retour des nationalisations est-il pour demain ? | Accueil | Le Tibet, plus proche de Wall Street qu'on ne croit ? »

26 mars 2008

Commentaires

YR

C'est amusant, je suis tombé sur le même document récemment en cherchant à comprendre les commentaires sur la victoire de la gauche aux municipales.

J'en étais arrivé à la conclusion que l'ensemble des commentateurs politiques brassaient du vent, puisque les chiffres de la victoire de la gauche ne tenaient compte que des villes de plus de 30000 habitants, soit bien moins de la moitié des français (sans parler du biais de la pyramide des âges entre villes et campagne...)

C'était ici :
http://100-idees-pour.blogspot.com/2008/03/de-lanalyse-politique-btie-sur-du-vent.html

jcm

J'ai connu des citadins que la "campagne" effrayaient.

Souvenir particulier de ma secrétaire de rédaction (quand j'étais dans la presse) qui se réjouissait de n'avoir que 100 mètres à faire en plein air pour aller de la rue de Colisée à son appartement de La Défense.

L'essentiel de son trajet était souterrain.

Peut-être avais-tu à faire à de ces commentateurs hyper citadins ?

Cela dit, ces stats sont intéressantes mais un état de fait qui vaut aujourd'hui ne justifie en rien que l'on s'acharne soit à le conforter soit à le renverser !

La justification de créer de nouveaux habitats majoritairement urbains ou essentiellement ruraux se trouve probablement ailleurs.

Enfin on peut créer à la fois de l'urbain et du rural, pourvu que cela se fasse en tenant assez scrupuleusement compte d'un certain nombre d'impératifs, notamment environnementaux.

Et il ne me semble pas que le débat ait été nettement tranché : les 2 voies compteront probablement des cohortes d'avantages et d'inconvénients qui leurs seront propres...

karl

En fait c'est peu plus complexe que cela. Les gens ne vivent pas ou peu à la campagne. Les zones rurales se désertifient petit à petit. Les zones péri-urbaines grossissent. On obtient un phénomène, où nombre de personnes vivent dans une commune dortoir près d'une grande ville. La statistique telle que vous la donnez est attractive mais malheureusement pas significative. Il faut analyser les « clusters » pour comprendre les flux migratoires du territoire.

L'INSEE donne quelques informations. Pas de chance le dernier recensement date de 1999, et l'année 2008 est en cours, les résultats seront donnés l'an prochain j'imagine.

http://www.insee.fr/fr/ffc/chifcle_fiche.asp?ref_id=NATTEF01205&tab_id=174

Voici le commentaire de cette page:

******
Entre 1936 et 1999, la population des villes françaises a doublé, passant de 22 à 44 millions d’habitants, alors que l’ensemble de la population n’augmentait que de 40 %. Désormais, les trois quarts des Français vivent dans les unités urbaines, qui occupent 18,4 % du territoire. La tendance à l’étalement urbain, amorcée depuis les années 60, s’est poursuivie par l’inclusion dans les zones urbanisées de communes auparavant rurales. Entre 1990 et 1999, la population urbaine s’est accrue de 2,3 millions de personnes. À l’inverse, la population rurale a diminué de 400 000 personnes. La population augmente le plus autour des pôles urbains, dans les couronnes périurbaines. Cet espace périurbain abrite 12,3 millions de personnes ; depuis 25 ans, il a gagné plus de 3 millions d’habitants. Dans le même temps, les pôles urbains n’en ont gagné que 2 millions, alors qu’ils étaient trois fois plus peuplés.
******

Cela a des conséquences, les gens ne vivent que très peu localement, ils sont souvent mal intégrés. Il n'y a très peu de notions familiales de la vie du village, les enfants s'en vont, la maison n'est pas transmise, etc. Tout cela pour dire, que la lignée d'une famille ne s'inscrit pas dans l'histoire du village et donc il est difficile d'y participer activement. Je fais juste un constat pas de jugements de valeurs.

José

@jcm : “... un état de fait qui vaut aujourd'hui ne justifie en rien que l'on s'acharne soit à le conforter soit à le renverser !“ : d'accord avec toi, Jean-Claude, à cette nuance près que l'ensemble des politiques publiques tend à conforter “l'urbanisation“ dans quelques grandes agglomérations ou, comme le dit Karl, dans leur périphérie.

Quoique grand amateur (pour l'esthétique :) de tours géantes, je suis convaincu que l'urbanisation banlieusarde ne doit pas être la seule voie à suivre aveuglément. Je suis même convaincu qu'une proportion croissante de la population fait et va faire d'autres choix.

@Karl : Tout à fait d'accord avec tes chiffres.

Quelques précisions, cependant : les toutes petites communes (principalement les 20-25.000 communes de moins de 1.000 habitants, désertées par les commerces et les services) continuent de dépérir fortement.

A l'inverse, les communes de plus de 2-3.000 et de moins de 10.000 habitants connaissent un renouveau depuis une quinzaine d'années et prospèrent, du fait de l'arrivée de populations de plus de 50 ans, d'immigrés séniors (anglais, belges, hollandais...), d'habitants des plus petites communes et, quoique de manière encore peu quantifiable dans les données ci-dessus, de populations plus jeunes qui exercent un télé-travail et/ou fuient les coûts élevés des grandes villes.

Ces chiffres indiquent par ailleurs que ramener le nombre des communes à moins de 10.000 ne serait pas du luxe :)

jcm

@ José : "je suis convaincu que l'urbanisation banlieusarde ne doit pas être la seule voie à suivre aveuglément".

J'en suis également convaincu et ne prêchais pas pour cela.

Ne sachant pas ce qui est réellement préférable, et s'il peut même exister un choix entre urbain, péri urbain et rural qui présenterait un cortège d'avantages justifiant de le qualifier de "meilleur", je pense que les choses doivent évoluer sur la base d'évaluations qui tiendront compte de nombreux critères, en particulier liés aux conditions locales (géographie, géomorphologie, climatologie, démographie, contexte industriel... existant et prévisible...).

Ce qui pourrait donner une certaines variétés de solutions, différentes selon les lieux, et qui seraient optimales pour des situations données.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Carnets de nuit

  • Carnets de nuit, qu'est-ce c'est ? C'est le blog politique d'une voix libre, souvent moqueuse, parfois sérieuse, d’un amoureux et d'un citoyen du monde.

    Au fil des nuits, des jours, des humeurs et des urgences, vous y trouverez des coups de gueule sans pitié et des coups de chapeau sans frontières.

    Vous y trouverez également des informations peu répandues ou non mises en perspective sur les médias traditionnels, des éléments d’analyse politique, sous-tendus par une conviction simple : ce monde est trop beau pour qu’on accepte, sans sourciller, qu’il se fasse tant de mal.

    Vous y trouverez enfin, au-delà de la critique, des propositions citoyennes, soucieuses du long terme, pour changer le monde. S’il veut. Ou, plutôt, si VOUS le voulez.

.


  • Powered by  MyPagerank.Net

  • Wikio - Top des blogs - Politique

FREEMEN

C'est là que je suis


  • Vignette_blog_montagenet

    Sur le blog de Montagenet,

    retrouvez la vie, au jour le jour, du domaine et plus de 500 photos des maisons à louer, des aménagements conçus pour votre confort, des paysages, de la flore et des amis de Montagenet.


  • Logo_site_montagenet_1

    Sur le site de Montagenet,

    découvrez un superbe hameau périgourdin, au cœur de 76 ha de nature.

    Cinq maisons d'hôtes, entièrement réhabilitées et classées 4 étoiles, vous y accueillent, toute l'année, pour des vacances de détente, des séjours de remise en forme et des séminaires.

Carnets de nuit (un Best of)

Blog powered by Typepad
Membre depuis 03/2005

++


  • Share on Facebook

  • blogCloud

  • meilleur site politique

--


  • Sticmarianneblog

ALERTE

Cours des “grands“